Avis livre V POUR VENDETTA – Alan Moore

V pour Vendetta - Alan Moore

Titre                                 V pour Vendetta (V for Vendetta)

Auteur(s)                           Alan Moore / David Lloyd

Date 1ere parution             1982 – 1990

Pages                                 288

 

Achetez sur Amazon Best Of – V pour vendetta

Synopsis

La troisième guerre mondiale a éclaté, l’extrême droite a pris le pouvoir, le peuple est opprimé. Il ne lui reste plus qu’un seul espoir, un homme au visage masqué répondant au nom de V…





Résumé

La 3eme guerre mondiale a un lieu : conflit entre Américains, Polonais et Russes.
Londres a échappé aux bombardements mais le climat a changé, le barrage de la Tamise a cédé et Londres est inondée. Les campagnes sont pires que les villes c’est pourquoi certains ont choisi de rester en ville.
Les récoltes détruites, la nourriture a commencé à se faire rare, plus rien à manger, les égouts  débordent, les maladies pullulent. Des émeutes ont commencé à avoir lieu à travers le pays, mais pas de gouvernement pour gérer tout cela : l’extrême droite et des groupes fascistes sont apparus et ont repris le contrôle de la situation.
Puis ils ont commencé à emmener des personnes dans des camps, parmi eux : les noirs, les pakistanais, les homosexuels, des blancs également, des gauchistes …

Le pouvoir en place est géré par le Commandeur Suzan qui obéit au Destin (ordinateur). Il se compose de divers organismes qui ont chacun une mission précise :

La voix dirigée par Prothéro est une radio / télévision gérée par le Destin qui diffuse des programmes qui endoctrinent le peuple.
L’œil filme et observe Londres avec des caméras chez chaque individu.
L’oreille dirigée par Ethridge écoute tout ce qu’il se passe.
Le nez dirigée par Finch est chargé de mener des enquêtes.
La bouche dirigée par Dascombe
La main dirigée par Almond s’occupe de la répression dans la rue.

L’Angleterre ainsi gérée, le peuple est privé de toutes ses libertés sous prétexte que c’est nécessaire au maintient de l’ordre, sous peine de retomber dans le chaos.

C’est dans ce contexte que nous allons suivre les différentes étapes du retour à la liberté du peuple aux travers des actions de V, un mystérieux homme masqué. En parallèle, nous suivons également l’histoire d’Evey, jeune fille que V a sauvé et à qui il compte transmettre le flambeau.

Plusieurs histoires s’entre-mêlent, il est très difficile de décortiquer le tout vu que les événements se déroulent en même temps mais en divers lieux, c’est pourquoi je ne vais pas m’étendre sur le résumé. Vous trouverez en revanche plus de détails dans la catégorie « différences avec le film ». 


Avis

Le terme « roman graphique » est plus approprié que bande dessinée car l’histoire se décline tel un roman. Je ne vais pas juger des dessins : ils sont très bien fait mais c’est plus le fond qui importe ici.

La 3eme guerre a eu lieu avec un fond de guerre froide entre russes et américains. L’extrême droite a pris le pouvoir et prive ainsi de liberté  tous les habitants de l’Angleterre.
Les agissements du parti ne sont pas sans rappeler les exactions des allemands durant  la première et la seconde guerre mondiale, sans oublier la création des Goulags en Russie ou encore les agissements des Khmers Rouges au Cambodge.

On sent donc une critique très structurée des gouvernements extrémistes sans pour autant que cela deviennent lourd dans le sens où l’on ne lit pas non plus un livre documentaire sur la guerre. Ces camps sont à l’origine de la naissance de V et donc de tous les événements qui en découlent. Il en va de même avec les systèmes de surveillance et de répression.

Dans un monde manichéen comme celui proposé par le Destin, il y a le chaos et l’ordre. L’ordre est venu à bout du chaos, peu importe les moyens mis en œuvre, il s’agit donc de conserver cet ordre et ce à n’importe quel prix.

Ce que V propose comme remède à cet enfermement collectif est l’Anarchie, ce qui signifie « sans maître » et non pas « sans ordre ». Il explique d’ailleurs à Evey que c’est à présent au peuple de se diriger lui même, qu’il fallait pour cela détruire ce maître oppresseur :
« Le pays n’est pas encore sauvé, ne pense pas ça… Mais toutes ses vieilles croyances sont réduites à l’état de ruines, sur lesquelles nous pouvons construire… Voilà leur tâche : se diriger eux-mêmes, diriger leur vie, leurs amours, leur pays… ».

Il explique également que « Les peuples ne devraient pas craindre leur gouvernement, c’est le gouvernement qui devrait craindre le peuple… ».

Tout ceci est donc toujours d’    actualité, qu’il s’agisse de pays sous dictature ou sous gouvernement comme c’est le cas chez nous. Ce roman insuffle la liberté et donne des envies de révolte : on a foi en cet homme, ce libérateur qui se présente un peu comme un Moïse libérant le peuple juif du joug de son oppresseur. Finalement le livre traite d’un thème immortel : la recherche de la liberté. Il peut ainsi être adapté à plusieurs époques, plusieurs lieux, plusieurs régimes et c’est ce qui fait sa force.

Je n’ai jamais été fan des BD, j’ai bien sur lu enfant des Astérix et des Tintin mais cela ne m’a jamais vraiment passionnée, mais je dois dire qu’avec celle-ci, je découvre un nouvel univers et ça fait vraiment plaisir. Comme je le disais au tout début il s’agit plutôt d’un roman graphique qu’une BD, mais ça m’a vraiment donné envie de découvrir cet univers dans lequel je me plonge à présent volontiers.

Le film est vraiment simplifié, c’est pourquoi je vous conseille de lire le roman qui a l’avantage pour ce que ça rebutent, de se présenter sous forme de BD.


Quelques différences avec le film

Le commandeur Suzan « obéit » en fait à la volonté d’un ordinateur (le destin) dont il tombe éperdument amoureux ce qui le rend fou. Ce qu’il ignore c’est que V contrôle le Destin depuis le début…

EVEY HAMMOND :

La mère d’Evey est morte d’une maladie. Le père d’Evey ayant fait partie d’un groupe socialiste dans sa jeunesse a également été enlevé. La fillette a donc du travailler avec d’autres enfants dans des usines où certaines jeunes filles en échange de faveurs essayaient d’améliorer leur triste quotidien.

Elle a 16 ans et ne travaille pas pour une chaîne de tv mais dans une usine.
Lorsque V la sauve, elle est sortie après le couvre feu pour se prostituer.

Evey ne cherche pas à s’évader comme c’est le cas dans le film, et ne trahis pas V lorsqu’elle lui sert d’appât pour tuer le prêtre.
Un jour, V la conduit au dehors et la laisse seule c’est pourquoi elle décide de se rendre chez son ami Gordon .Ce dernier l’accueille chaleureusement, il n’est d’ailleurs pas homosexuel puisqu’ils deviennent amants.
Une nuit des membres de la main se rendent chez lui et le tuent. Evey s’est cachée et réussit à s’échapper mais dans le jardin elle est enlevée par un inconnu puis enfermée dans un camp… qui n’est autre que le sous-sol de l’habitation de V.

LA DECOUVERTE DE L’IDENTITE DE V :

Le flic Finch ne découvre pas l’histoire de V car celui-ci la lui raconte : plusieurs indices le mène sur la piste des camps (Prothéro après avoir été agressé par V dit des bribes de phrases qui le mènent sur la voie), puis sur la chambre 5 (notamment la conversation que V mène avec le prêtre avant de le tuer avec un hostie empoisonné). Le journal du Dr Surridge confirme ses soupçons. Il décide de se rendre à Larkhill et prend la même drogue qui a été donnée à V durant son incarcération, et pris d’hallucinations revit le parcours de V.

LES CAMPS :

Les recherches sur les hormones n’aboutissant pas si les tests sont effectués sur des rats ou des lapins, les camps fournissent un grand nombre de cobayes : le Dr Surridge décide d’inoculer le B5 (mélange de pinéal et de pituitaire) à 4 douzaines de sujets, tous meurent les uns après les autres, tandis que d’autres connaissent une agonies plus lentes avec l’apparition de malformations et d’organes atrophiés. Ils pensaient qu’il y aurait des différences selon les races mais non. 5 sujets restent en vie et ce sas modifications cellulaires au grand étonnement du Dr Surridge. Seul l’homme de la chambre V survit, aucune modification physique, en revanche le B5 semble avoir fait des dégâts au niveau du cerveau, notamment en le rendant un peu schizophrène.

LES ACTIONS DE V :

V commence par détruire le parlement puis la statut de la liberté.
V a entamé sa vendetta depuis des années en tuant discrètement toutes les personnes ayant participé au camp de Larkhill. Depuis le début il gère en fait l’ordinateur du commandeur, c’est d’ailleurs comme ça qu’il simule l’amour que porterait la machine à ce vieux fou.

V se fait tuer par Finch, toujours sous l’emprise de drogue, qui a suivi tel un parcours initiatique, les traces de V à sa sortie du camp.

FIN :

V, toujours si mystérieux laisse à Evey prendre la suite du commandement. Cette dernière se déguise en V afin de prendre sa place et mener à bien l’insurrection (des hauts parleurs dans la ville prétendent que V est mort). A la fin on comprend qu’elle a également enlevé quelqu’un à qui elle a fait subir le même traitement qu’elle jadis afin de lui ouvrir les yeux et en faire sa relève.

Le post-scriptum montre des flics tentant de ramener l’ordre dans ce chaos en traumatisant un homme qu’Evey armée de son masque va sauver.


Galerie

Extrait V pour Vendetta de Alan Moore

V discute avec la Statue de la Liberté avant de la faire sauter

Extrait V pour Vendetta de Alan Moore

V ou le cauchemar de Prothéro

Extrait V pour Vendetta de Alan Moore

Arrivée du Dr Surridge à Larkhill

Extrait V pour Vendetta de Alan Moore

V prend le contrôle de la Voix du Destin

Extrait V pour Vendetta de Alan Moore

Le dernier voyage du guerrier

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 8.0/10 (2 votes cast)
Avis livre V POUR VENDETTA - Alan Moore, 8.0 out of 10 based on 2 ratings
Ce contenu a été publié dans Alan Moore, Alan Moore / David Lloyd, BD / Roman graphique. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*