Avis livre LE PRESTIGE – Christopher Priest

Le prestige de Christopher Priest

Titre                                 Le Prestige (The Prestige)

Auteur(s)                           Christopher Priest

Date 1ere parution             1995

Pages                                 496

Achetez sur Amazon Le prestige

Synopsis

Ce roman de science fiction relate avec brio, la guerre sans merci que se livrent 2 magiciens durant le XIXeme siècle.


Résumé

Le point de départ de l’histoire se déroule de nos jours et met en scène un certains Andy Westley, jeune homme tenant une rubrique d’évènements paranormaux dans un journal.

Andy à le sentiment depuis toujours d’avoir un frère jumeau qui essaye de rentrer en contact avec lui en s’imissant dans sa tête à travers ses pensées. Le seul problème est qu’il a été adopté étant jeune, et toute ses recherches concernant un éventuel frère son restées infructueuses.

C’est alors qu’il reçoit le journal intime d’un célèbre magicien nommé Alfred Borden, ayant exercé son art 2 siècles auparavant. Ce n’est pas tant le livre qui intéresse Andy mais plutôt le fait qu’il ait été envoyé par une personne inconnue qui l’aurait contacté par téléphone sans en préciser d’avantage.

Dans le même temps, le journaliste doit se rendre dans un village afin de couvrir un évènement surnaturel au saint d’une secte. A son arrivée, il est accueillit par son informateur qui n’est autre que l’expéditeur du bouquin. Kate Angier lui explique alors que tout n’était que prétexte à le faire venir car elle souhaite s’entretenir avec lui d’un mystère qui a bouleversé son enfance et dont il serait la clé.

Kate Angine, explique donc à Andy, qu’ils sont tous les deux issus de familles qui se vouent une haine implacable depuis 3 générations, leurs ancêtres étant 2 magiciens en perpétuelle opposition. Elle avoue également avoir rencontré le jeune homme lorsqu’ils étaient tous deux encore enfants, leurs pères n’étant autres que les fils des deux magiciens, tentant inexorablement de faire la paix entre leurs deux familles au cours d’une ultime rencontre.

Cette nuit là, après une violente dispute, les deux hommes se rendent au sous sol de la maison, suivi de très prêt par Kate, qui va assister au meurtre d’Andy sous ses yeux ébaillis. Une mystérieuse machine parcourue d’électricité va en effet être l’instrument de mort destiné au garçonnet sous l’impulsion du père de Kate.

De cette pénible nuit ne restent que peur et interrogations. La fillette aujourd’hui adulte cherche donc à percer le mystère de cette tragique disparition donc Andy est la clé.

Arrive ensuite le journal d’Alfred Borden qui va enfin nous révéler les origines de ce conflit inextricable.

Borden est initié à la magie par un ouvrier de son père dès son plus jeune âge. Ce qui passe pour être un simple engouement de jeunesse se transforme très rapidement en passion dévorante qui va donner une nouvelle impulsion à la vie du jeune Alfred.

Sans cesse à la recherche de nouveaux tours à apprendre, à disséquer, à adapter afin de se les approprier, il va bientôt entendre parler d’une certain Rupert Angier, magicien de son état, qui officie en tant que médium auprès de familles accablées par la perte d’un être cher.

Poussé par la curiosité, Alfred va donc se rendre à une de ces séances de spiritisme et ne va pas tarder à comprendre de quoi il retourne. Après avoir assisté à plusieurs de ces entretiens plutôt singuliers, il va tout simplement faire capoter le tour d’Angier dont la vie personnelle va s’en trouver modifiée à jamais. Cet incident dramatique va être la source d’une rancœur implacable entre les deux magiciens.

Angier ne va avoir de cesse de se venger à son tour et tout cela va rapidement se transformer en une sur-enchère inextricable pour les deux magiciens rivalisant tous deux de ruse, puis de diabolisme afin d’anéantir purement et simplement son confrère.

Mais par la suite de la science, avec l’arrivée de Tesla, ainsi que de la « véritable » magie et non pas de simples tours de passe-passe, vont venir se mêler à cette histoire au grand damne des magiciens eux-mêmes.


Avis

Dès les 10 premières pages, un mystère commence à se mettre en place au cœur de l'intrigue et ne sera seulement résolu qu'à la fin du livre. Habilement, l'intrigue commence à se tracer.... Il s'agit là du supposé frère d'Andy pourtant fils unique mais avec qui il communiquerait par la pensée

La seconde intrigue arrive alors, c'est à dire le mystère autour de l'histoire de Kate Angier et d'Andy. On peut percevoir cette seconde intrigue comme étant nouvelle ou comme étant la continuité de la première. Les 2 sont indubitablement liées puisqu'Andy en est le cœur même, mais dans un premier temps, c'est l'histoire de Kate Angier que l'on cherche à résoudre et qui est la plus intéressante, l'autre s'effaçant immédiatement aux vues du récit de Kate. Par la suite seulement (vers la fin du roman), nous sommes happés par la première intrigue qui clora l'histoire.

Le livre est scindé en plusieurs parties qui pour certaines sont des journaux intimes et pour d'autres des récits :

✏ Andrew Westley (récit)

✏ Alfred Borden (journal)

✏ Kate Angier (récit)

✏ Rupert Angier (journal)

✏ Les Prestiges

Après avoir ainsi appris dans une première partie que leurs ancêtres, magiciens de leur état, se livraient une guerre sans merci, nous allons dans un premier temps suivre ces échanges de fourberies au travers du récit qu'en fait Alfred dans son journal.

Ce qui débuta de manière anonyme va se transformer en véritable course contre le temps, en guerre contre l'autre, et en combat à mort.

A lecture de ce journal intime nous pouvons voir l'évolution exponentielle de violence dont font preuve les deux magiciens. On se laisse cependant attendrir par Borden qui semble simplement répliquer à un homme qui n'a de cesse de le traquer et de vouloir l'anéantir.

Dans un deuxième temps, le récit de Kate Angier laisse sous entendre que la réponse à ses questions se trouverait en réalité dans le combat que se sont livrés les deux magiciens deux siècles plus tôt. Les deux premiers mystères s'épaississent d'avantage.

Au travers de la troisième partie, nous vivons le récit du point de vue d'Angier qui se révèle être en réalité la victime de son confrère.

L'auteur prend ainsi un malin plaisir à nous balader, tantôt nous faisant prendre les parts d'Alfred et tantôt celles de Rupert de manière égale. Où l'intrigue s'étoffe encore d'avantage, c'est que le récit d'Angier ne se contente pas seulement de raconter l'histoire d'un point de vue différent, il la continue là où Borden s'est arrêté.

Cette partie là est soigneusement retranscrite par Rupert avec une chronologie d'évènements allant des plus singuliers à ce qui sera l'apogée de sa vie, et de son malheur. C'est à mon goût le journal le plus intéressant, Angier souhaitant la rédemption et le retour au calme pour finalement basculer dans l'obscur, la froideur, l'horreur et « l'inhumanité ». On vit et comprend quelque part sa descente aux enfers malgré lui et c'est là encore à cause de Borden qu'il va atteindre le sommet le plus inqualifiable de son existence.

La dernière partie conclut tous les mystères et va même au-delà. Le thème de la dualité y est abordé dans toute sa complexité et le cauchemar prend vit au moment présent. C'est ici que l'on s'aperçoit que deux siècles plus tard le « prestige » est toujours omniprésent et que l'horreur a perduré et n'est pas prête de cesser.

Le roman se clôt d'une manière pour le moins inattendue avec la fin du récit d'Angier et l'ultime partie « les prestiges ». On avance ainsi de surprise en surprise, à l'aveuglette je dirais car rien ne laisse présager un seul instant le déroulement final de l'histoire. Se faire surprendre ainsi est très agréable, et l'on ne ressort pas indemne de ce récit que l'on va s'amuser à analyser en mêlant les parties des deux journaux intimes des magiciens donc on ne souhaite qu'une chose : changer la destinée de l'un d'entre eux.


Quelques différences avec le film

Tout d'abord l'évènement à l'origine de la haine que se voue les deux hommes : dans la version cinématographique de Christopher Nolan, c'est la mort de la fiancée de Rupert qui est à l'origine de tout alors que dans la livre c'est la perte de leur 1er enfant durant sa grossesse suite à l'intervention de Borden durant une séance de spiritisme.

Ensuite, il n'est nulle part fait mention d'arrière petits-enfants, de haine continue depuis deux siècles dans le film, or c'est l'essence même du livre et du mystère qui l'entoure.

La guerre que se livrent les magiciens et bien évidemment plus longue dans le livre et l'on en apprend beaucoup plus sur leur vie individuelle et ce dès leur jeunesse. D'ailleurs leur rencontre est totalement différente puisque dans le film ils travaillent ensembles pour un même magicien alors que dans le livre Borden va découvrir dans le journal local que Angier donne des représentations de spiritisme à domicile.

L'épisode Tesla est beaucoup plus complexe vous comprendrez pourquoi en lisant le journal de Rupert Angier.

La fin est vraiment très raccourcie et changée dans le film mais pour en savoir plus et ne pas vous gâcher la clé de l'énigme, il vous faudra lire la partie « les prestiges ».

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 8.0/10 (1 vote cast)
Avis livre LE PRESTIGE - Christopher Priest, 8.0 out of 10 based on 1 rating
Ce contenu a été publié dans Christopher Priest, Science-Fiction. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*