Avis livre JE SUIS UNE LEGENDE – Richard Matheson

Je suis une légende - Richard Matheson

Titre                                 Je suis une légende (I am Legend)

Auteur(s)                           Richard Matheson

Date 1ere parution             1954

Pages                                 228
 

Achetez sur Amazon Je suis une légende

Synopsis

L’histoire relate la vie du dernier homme sur terre, unique survivant d’une pandémie qui a réduit l’humanité à l’état de vampire.



Résumé

Robert Neville est le seul survivant sur terre, le dernier représentant de notre espèce. Autour de lui, tout n’est que mort et destruction.

Ce médecin s’est barricadé chez lui depuis longtemps maintenant, et survit tant bien que mal aux attaques quotidiennes de ses anciens voisins et amis devenus aujourd’hui des vampires.

Tous les jours, le rituel demeure inchangé: réparer les dégâts causés par les attaques de ces hordes de monstres la nuit afin de se protéger de celles qui viendront la nuit suivante.

Mais Robert a pu observer différents types de vampires : ceux qui à l’état d’humains sont morts puis devenus vampires (dans ce cas ils ne pensent pas, ne parlent pas et s’apparentent plus à des zombies), et ceux qui au contraire se sont transformés de leur vivant et qui sont dotés de réflexion, de parole…. C’est le cas de son ancien voisin de palier qui chaque nuit vient l’assaillir de paroles violentes tandis que des femmes se livrent à des scènes et gestes obscènes.

Neville essaie tant bien que mal d’ignorer cette mort qui l’entoure en buvant du whisky tout en écoutant de la musique classique assez fort pour masquer tous ses bruits. Lorsqu’il est suffisamment enivré, il se remémore son ancienne vie, sa femme, tout ce qui semble à présent avoir été le paradis.

Il erre la journée dans la ville après avoir réparé sa maison, seul au milieu de se chaos. Son unique envie je dirais, dès lors qu’il aperçoit un chien errant apeuré et squelettique, est de le recueillir afin de l’arracher aux griffes de ses monstres.

La suite va s’avérer pleine d’instabilité et d’incertitudes. Nous allons de découvertes scientifiques en surprises pour à la fin du roman, finir abasourdis, médusés et terriblement bouleversé.

 


Avis

On suit avec grand intérêt la triste vie de Robert Neville qui demeure le seul homme sur terre.

Seul mais finalement le texte est tellement bien écrit que l’on a l’impression de vivre avec lui, de passer chaque moment à ses côtés, tout en demeurant impuissant à soulager sa souffrance, tout comme lui l’est face à ses monstres.

Sa solitude devient notre solitude, son désespoir devient notre également, si bien que lorsqu’il aperçoit un chien, seul être encore vivant mise à part lui, on en vient à retrouver l’espoir d’une vie meilleure en compagnie d’un être qui représente bien plus qu’un simple animal.

Au fil de ma lecture, j’en ai oublié le livre pour me retrouver enfermée avec lui à l’intérieur de sa maison devenue une forteresse, dernier rempart le protégeant des bêtes assoiffées de sang qui l’assaillent jour après jour .

Ce livre m’a vraiment marqué car j’ai ressenti en le lisant, de la joie, de la souffrance, de la peur, de l’espoir, de la résignation.

L’auteur parvient réellement à nous immerger dans son œuvre, et c’est ce qui fait que j’aime la lecture : pouvoir oublier le monde autour de soit le temps d’un instant et vivre quelque chose de totalement différent.

J’ai lu ce bouquin il y a quelques années déjà et je n’ai pas eu besoin de m’y replonger afin d’en parler tellement j’ai été imprégnée de son histoire.

C’est vraiment un gros coup de cœur qui est de plus très différent du film éponyme. Ce qui est paradoxal c’est que si vous n’avez pas aimé le film, vous pouvez parfaitement aimer le livre qui est très différent : j’insiste bien là dessus ; mais si comme moi vous avez apprécié le film, vous risquez fortement d’adorer le livre. Une fois n’est pas coutume, pour moi ce roman dépasse de loin son adaptation cinématographique et je le conseille vraiment à tout le monde, qu’il s’agisse d’adolescents ou de personnes plus matures.

Je tiens également à préciser qu’il ne s’agit pas non plus d’un livre gore bien qu’il soit question de vampires mais plutôt d’une réflexion sur la vie du dernier homme, sur ce qu’à été le monde et ce qu’il sera demain mais l’auteur nous masque tout cela si habilement que ce n’est qu’à la fin de la lecture que nous sommes amenés de nous mêmes à nous poser ses questions.



Quelques différences avec le film

Les vampires d’abord sont totalement différents puisque ils sont scindés en deux castes : l’une bête animée par ses sens moteurs uniquement, et l’autre intelligente et vicieuse (sans aucune connotation sexuelle mais plutôt très maline).

Ensuite, le chien qui tient une place prépondérante dans le film: et bien en réalité Neville va passer plusieurs semaines à essayer d’attirer le chien qui est très craintif afin de le recueillir et lorsqu’il y arrivera, il mourra au cours de la première nuit passée dans la maison de son nouveau maître d’une crise cardiaque.

Il n’est donc pas question de combat entre chiens «zombifiés», ni de fidèle compagnon vivant aux côtés de son maitre depuis des années, seul vestige d’une vie passée.

La fin : je n’en parlerai pas ici mais elle est totalement différente des deux fins alternatives du film et c’est d’ailleurs ce qui rend le livre plus riche en émotion et axé vers la réflexion.

VN:F [1.9.17_1161]
Rating: 8.0/10 (7 votes cast)
Avis livre JE SUIS UNE LEGENDE - Richard Matheson, 8.0 out of 10 based on 7 ratings
Ce contenu a été publié dans Richard Matheson, Science-Fiction. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*